Enseignement Catholique de Vendée : La trahison ?

Les jeunes vendéens n’apprennent plus l’histoire de leur région. Et le peu que la plupart des enseignants leur racontent n’est pas propre à faire épanouir le sentiment d’appartenance.

Nous parlons de l’Enseignement Catholique, bien sûr...
Ces dernières années , Bruxelles a émis plusieurs directives relatives à l’apprentissage des langues régionales, à leur utilisation dans les administrations et dans les entreprises. On encourage à grands coups de subventions le sentiment régional. Jusqu’ici , ça nous va , sauf qu’on n’en voit pas les effets tant en les ci-devant haut que bas-Poitou.

Donc, aidés par l’Europe, les courants régionalisants de Françe oeuvrent à la préservation de leurs identités respectives. Leurs initiatives et autres actions à caractère culturel se doivent de rencontrer respect et considération. Sinon, gare à la suspicion de racisme régional. Là encore, ça nous va.

Le sentiment régional se construit aussi sur l’histoire commune. Alors, que dire quand on "oublie" d’apprendre aux enfants l’histoire de leurs ancêtres ? Pire, quand on leur inculque l’idée que ces derniers se sont fourvoyés dans un combat qui n’était pas le leur, qu’ils ont été manipulés et ont semé la discorde au sein de la Nation... tout cela au bénéfice de privilégiés tentant de recouvrer leurs anciennes prérogatives ?

A votre avis, que se passe-t-il dans la tête d’un enfant qui apprend que ses ancêtres étaient de vilains traîtres ? Croyez-vous qu’il ira se réclamer d’une telle ascendance ? S’il quitte son bocage ou son marais, il évitera d’arborer son double-coeur rouge sur fond blanc.

On savait le traitement que l’Education Nationale inflige aux Guerres de Vendée. Mais au moins, si les enfants sont confiés à l’enseignement catholique, on peut espérer une relation un peu plus véridique de cette partie de notre histoire.

Las, les enseignants du Privé se sont alignés sur "l’educnat". Aujourd’hui, en pleine Vendée Militaire, les descendants de ceux de 93 apprennent , de la bouche d’enseignants soi-disant catho , les turpitudes et la félonie de leurs ancêtres.

Y a t-il volonté de détruire le sentiment régional vendéen et l'enseignement catholique est il complice  ?

Et si oui, quel est le prix de cette trahison ? Il serait peut-être temps d’alerter Bruxelle, sur ce déni d’histoire, non ? Qui serait partant pour la création d’un collectif réclamant l’enseignement de notre histoire, tant dans l’enseignement public que privé ?

Rappelons que , lors d’un débat télévisé avec Ph. de Villiers, Jack Lang avait pris l’engagement que les Guerres de Vendée ne seraient plus traitées comme un "point de détail de la Révolution Française".

0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives