Une ode au double coeur

La Vendée a deux cœurs


Un poème adressé par notre ami Jean Douillard

 

Des ornières profondes sillonnant le bocage
Au chemin des douaniers qui longe son rivage,
Des ailes des moulins du Mont des Alouettes
A Saint-Michel Archange qui domine sa crête,
Des îles qui se mirent dans la mer océane
A l'anse des Pictons bornant la terre chouanne,
Des marais inondés qu'Hollandais asséchèrent
Au barrage de Mervent maîtrisant ses colères,
La Vendée a deux cœurs:
Un pour vivre, un pour aimer.

Du fief de Mareuil qui bichonne sa vigne
A celui de Pissote, modeste et pourtant digne,
Des Sables où les Gazelles débarquaient la sardine
A Coulon, port des barques que la pigouille anime,
De Noirmoutier la Blanche et sa prime Bonnotte
A l'île d'Yeu, gourmet qui l'unit à la lotte,
De Challans, paradis des oiseaux au long col,
Aux Mizottes nourrissant la gente limicole,
La Vendée a deux cœurs:
Un pour vivre, un pour aimer.

De Saint-Pierre-du-Chemin où le Lay prend sa source
A la pointe d'Arçais où il finit sa course,
Du pont de Rocheservière, d'importance historique
A celui de Lavaud où Eiffel s'implique,
De la Roche-sur-Yon dix fois rebaptisée
A Fontenay-le-Comte, une fois récusée,
Du château d'Apremont juché sur une crête
A la Chabotterie où ils traquèrent Charette,
La Vendée a deux cœurs:
Un pour vivre, un pour aimer.

Des chênes de Vouvant saluant les derniers chouans
Aux peupliers du Lay murmurant sous le vent,
De Maillezais l'abbaye où Rabelais pria Dieu
A Luçon l'évêché qui bâtit Richelieu,
De l'Armée des Géants à son Roi dévolue
Aux enfants de sa terre dont on fit des poilus,
De Mouilleron-en-Pareds fière de ses deux gloires
Aux scènes du Puy du Fou glorifiant son histoire,
La Vendée a deux cœurs:
Un pour vivre, un pour aimer.

 

J.D.

0
0
0
s2sdefault
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives