Aménager sa cave

Le jeune Julien Julien R. s’en remet à la sagesse des anciens pour ne pas enfreindre les règles de la plus vénérable institution vendéenne. Cette question a été posée sur notre liste de discussion, mais le sujet est tellement sensible que le publions pour l’édification des jeunes générations.


Julien écrit :
Je sollicite l’aide des troospeanautes sur une question technique délicate :

Bientôt propriétaire d’une maison, je sais déjà que la loi m’impose l’aménagement de la cave pour recevoir mes amis, mes voisins, le facteur, les maquignons et les colporteurs.

J’ai cependant quelques doutes sur certains points du règlement. Pouvez-vous m’éclairer ? 

  • Est-ce la mairie ou les services de la préfecture qui sont habilités à valider le mauvais goût de la décoration ? (sièges de camion, pattes de lapin, chouette empaillée avec un oeil en moins, collection de calendriers périmés des pompiers de Chantonnay, photo de Ségolène Royal....)
  •  Y-a-t’il un marquage spécifique à apposer pour définir la zone d’exclusion des femmes hors du domaine de la cave réservé aux hommes ? 
  • Est-il possible de se procurer dans le commerce des verres déjà culottés en bleu par l’oberlin sur une épaisseur de 2mm ? Ou doit-on obligatoirement ébrécher et tacher soi-même ses verres ?

Je vous remercie par avance de m’apporter vos lumières sur ces questions cruciales et j’apprécierais bien entendu d’avoir des conseils supplémentaires sur des points de droit qui auraient pu m’échapper.

Julien



Intervention du Webmaster  :

Hélas, hélas, il te sera difficile de trouver les accessoires qui hissent une cave banale au statut de haut lieu de la culture locale. Les sieges et banquette d’ID ( Citroën) se négocient à prix d’or dans les casses, quand on les trouvait pour rien naguère chez n’importe quel mécano. Et la planche à palet ? Elle se doit d’avoir été fondue par le maître des lieux , après collecte de vieilles batteries. Mais les batteries au plomb sont devenues très rares. Une planche de chez Unico nuira gravement au prestige de ta cave. Même si tes invités ont la courtisie de n’en rien dire, ils n’en penseront pas moins.



Intervention de Marie-France :

OUOUOUOUHH le vilain garçon !!! Et voilà comment les traditions se perpétuent ! Au fait, c’est pourquoi, on fait tourner le vin ???

 



Intervention de Julien .....

Il faut être clair, moderne et éviter l’obscurantisme. Mais admettre les femmes à la cave s’est aussi tuer à brève échéance tout un pan de la civilisation occidentale.C’est précipiter l’extinction de ce champ culturel d’une extrème richesse que représente le corpus des excuses vaseuses de l’homme qui rentre à point d’heure de chez les copains. Mesdames je vous en conjure, laissez au moins aux ethnologues le temps de correctement fixer dans la mémoire des livres et des films ces moments d’une grâce infinie où l’homme défie encore la dictature du raisonnable et, dans un sublime effort de mauvaise foi, justifie l’injustifiable pour la beauté du geste.

 


Intervention de Marie France ....

Alors là, c’est tellement joliment dit que je ne puis que m’incliner et vous laisser, messieurs, à votre état de grâce culturel et à vos calendriers Pirelli et posters de Ségolène. Pour rester dans le bon goût, sachez que j’ai affiché dans mes WC le calendrier des footballeurs soullandais qui ont effeuillé leurs tenues au gré des mois : joli à voir, mes invité(e)s s’attardent parfois plus qu’il ne faudrait...

 


Intervention de Florence :

On ne fait pas tourner le vin, le vin c’est DÉJÀ du jus de raisin tourné (beurk). Ce sont les hommes qui font tourner le jus de raisin, les malheureux. Florence (buveuse de jus de raisin pas tourné).

 


Intervention de jean-Philippe :

Ah Julien, voilà un moment décisif dans une vie : faire sa cave. Une porte d’entrée assez large, la sortie paraît souvent petite. Un accès brouette est souhaitable pour l’entrée des cubits et sortir quelques impénitents. Une cave à distance de la cuisine. Toujours désagréable d’entendre la maîtresse de maison crier :" à table". Cela rappelle au patron que sorti de son antre, il redeviendra un quidam qulconque. Le carrelage au sol est facile d’entretien mais d’un modernisme médiocre. La terre battue s’impose. Un cendrier Pernot-Ricard bien sûr. Photo de Ségo ? Plutôt un Bernard Thévenet, maillot Peugeot à damier, année 75. Attention, un palan peut-être utile pour s’extraire du siège de la vielle simca. Après quelque Oberlain, ce sont de vrais pièges à bonhomme. Prends ton temps, quelques visites s’imposent. Mes meilleures caves : celles de deux voisins aux doux surnoms de "Coupe la soif" et "Pompe la pouche". J’oubliais, le truc rédhibitoire pour ta cave : l’odeur. Elle doit sentir le pinard. Avec un zeste de rance. Quelques moisissures naissantes sur les murs seront tendance. J’ai connu l’horreur absolue en Loire-Atlantique. Une cave nette comme une sacristie avec... un désodorisant. Madame était passée par là. Toute la déchéance de l’homme occidental dans ce semblant de cave. On comprend que ce département se soit appellé Loire-Inférieure. Un attrappe-mouche gluant en pendantif sera "in". A toi de jouer pour obtenir l’AOC "caves vendéenne".

0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives